Zoom sur : 3 métiers du secteur du vin

Verres de vin blanc et de vin rouge

La France, réputée pour sa gastronomie, est également reconnue pour ses vins. Ainsi, en moyenne, un Français consomme environ 40 litres de vin par an. Le secteur vinicole est donc très dynamique en France et de nombreux acteurs font vivre ce domaine d’activité. Dans cet article, découvrez trois métiers autour du vin.

Devenir caviste pour superviser la fabrication du vin

L’ouvrier caviste est présent à toutes les étapes de production du vin. Il a pour mission de vérifier l’état du matériel, ainsi que de nettoyer et de préparer les cuves. Après les vendanges, il suit avec attention le processus de fermentation. Enfin, il veille à la mise en bouteille des vins.

En fonction du domaine sur lequel il travaille, le caviste peut prendre en charge toutes ces missions ou être plus spécialisé. Il peut aussi participer à l’amélioration d’un vin blanc de Bourgogne, par exemple, en le goûtant.

Plusieurs formations permettent de devenir caviste. Après la 3e, il est possible de faire un CAP Métiers de l’agriculture. On peut aussi passer un Bac pro Conduite et gestion de l’entreprise vitivinicole. Enfin, faire un brevet de technicien supérieur agricole en viticulture et œnologie ouvre la possibilité de devenir maître de chai après plusieurs années en tant qu’ouvrier caviste.

Sommelier, le spécialiste du vin dans les restaurants gastronomiques

C’est principalement dans les restaurants gastronomiques qu’exerce ce professionnel, bien que certains bars à vin et épiceries de luxe emploient aussi des sommeliers. Son rôle est de gérer la cave à vins du restaurant en achetant les bouteilles et en réceptionnant les livraisons.

Le sommelier doit faire preuve d’une présentation impeccable et d’une grande diplomatie pour conseiller les meilleurs vins aux clients du restaurant. En tant que chef sommelier, il travaille main dans la main avec le chef de l’établissement pour concevoir une carte des vins qui complémente parfaitement les plats du chef restaurateur.

Les formations conseillées pour devenir sommelier sont :

  • un CAP restauration
  • suivi d’un Brevet professionnel (BP) sommelier
  • ou d’une Mention complémentaire (MC) sommellerie.

La maîtrise d’une ou plusieurs langues étrangères est très appréciée afin d’être capable de conseiller au mieux les clients étrangers.

L’œnologue, « celui qui possède la science du vin »  

Cet expert du vin est indispensable à tous les sites de fabrication pour améliorer la qualité de leur production. Il peut intervenir à différents stades de la fabrication. Avant les vendages, il conseille les viticulteurs sur le choix des cépages. Il peut d’ailleurs procéder à des analyses scientifiques pour améliorer la qualité d’un crémant, par exemple. Il participe aussi à la commercialisation des vins en France et à l’étranger.

L’œnologue peut être salarié dans une coopérative, une exploitation viticole ou dans un établissement d’enseignement supérieur. Il peut également être travailleur indépendant. La période des vendanges est une période particulièrement chargée pour tous les métiers du vin et l’œnologue ne fait pas exception. Pour exercer cette activité, il faut donc être prêt à travailler intensément pendant cette période.

Pour devenir œnologue, il faut être titulaire du diplôme national d’œnologue (DNO) qui équivaut à un niveau bac +5. De nombreuses universités et quelques écoles d’ingénieurs dispensent cette formation en deux ans.